marca PABLOSKY Derby color Blue marca PABLOSKY modelo Derby PABLOSKY J TOP FLY J Blue color Blue modelo Derby PABLOSKY J TOP FLY J Blue Derby KUv7rn

SKU-146021-zxo934
Derby, color Blue , marca PABLOSKY, modelo Derby PABLOSKY J TOP FLY J Blue
Derby, color Blue , marca PABLOSKY, modelo Derby PABLOSKY J TOP FLY J Blue
fr
Sélectionnez votre langue
Effort, résultat

Sources

Chaussures Reebok Sublite Pointure 37 blanches enfant skMkCvnrZ
, vol.11, n°41, p.10.

Chaussures Enfants Sneakers Crocs R2d2 204135 Ocean 4eXdB
, ch.3.

, vol.4, p.19.

Journal des Économistes , n°d’avril 1845.

Nous venons de voir qu’entre nos besoins et leur satisfaction s’interposent des obstacles. Nous parvenons à les vaincre ou à les affaiblir par l’emploi de nos facultés. On peut dire d’une manière très-générale que l’industrie est un effort suivi d’un résultat.

Mais sur quoi se mesure notre bien-être, notre richesse? Est-ce sur le résultat de l’effort? est-ce sur l’effort lui-même? — Il existe toujours un rapport entre l’effort employé et le résultat obtenu. — Le progrès consiste-t-il dans l’accroissement relatif du second ou du premier terme de ce rapport?

Les deux thèses ont été soutenues; elles se partagent, en économie politique, le domaine de l’opinion.

Selon le premier système, la richesse est le résultat du travail. Elle s’accroît à mesure que s’accroît le rapport du résultat à l’effort . La perfection absolue, dont le type est en Dieu, consiste dans l’éloignement infini des deux termes, en ce sens: effort nul, résultat infini.

Le second professe que c’est l’effort lui-même qui constitue et mesure la richesse. Progresser, c’est accroître le rapport de l’effort au résultat . Son idéal peut être représenté par l’effort à la fois éternel et stérile de Puma Smash V2 L Sneakers Basses Mixte Adulte Bleu Peacoat White 05 40 EU HSBB2pa
Puma Evopower 43 AG Chaussures de Football Compétition Homme Multicolore Blue Yonder WhiteShocking Orange 03 45 EU Puma Evopower 4.3 AG yYEeC73NO9
.

Naturellement, le premier accueille tout ce qui tend à diminuer la peine et à augmenter le produit: les puissantes machines qui ajoutent aux forces de l’homme, l’échange qui permet de tirer un meilleur parti des agents naturels distribués à diverses mesures sur la surface du globe, l’intelligence qui trouve, l’expérience qui constate, la concurrence qui stimule, etc.

Logiquement aussi le second appelle de ses vœux tout ce qui a pour effet d’augmenter la peine et de diminuer le produit: priviléges, monopoles, restrictions, prohibitions, suppressions de machines, stérilité, etc.

Il est bon de remarquer que la pratique universelle des hommes est toujours dirigée par le principe de la première doctrine. On n’a jamais vu, on ne verra jamais un travailleur, qu’il soit agriculteur, manufacturier, négociant, artisan, militaire, écrivain ou savant, qui ne consacre toutes les forces de son intelligence à faire mieux, à faire plus vite, à faire plus économiquement, en un mot à faire plus avec moins .

La doctrine opposée est à l’usage des théoriciens, des députés, des journalistes, des hommes d’État, des ministres, des hommes enfin dont le rôle en ce monde est de faire des expériences sur le corps social.

Encore faut-il observer qu’en ce qui les concerne personnellement, ils agissent, comme tout le monde, sur le principe: obtenir du travail la plus grande somme possible d’effets utiles.

Navigation Plan du site
Sandales à talons GF FERRé cuir beige 40 YuKZNEm4
- Document suivant
Bleu (Blu) Baskets Hautes Femme Fratelli Rossetti 75138 Baskets Hautes Femme Bleu Blu 35 EU Fratelli Rossetti 75138 7tcv3
La recherche dans tous ses éclats
Colloques
ACI Réseau des MSH Caen, Poitiers, Toulouse-le-Mirail, université de Caen, 18-20 mars 2004
Grégoire Leménager
p. 75-78
Index | Texte | Steve Madden Heel Sandal Rust and Mustard by 39 Yellow h2CJsSYq8
| Citation | Grünland Will SB0917 Flops Flip Sandales Gris Femme de Cuir Boucles Birk 36 jHhGgSIXTx
| Auteur

Texte intégral

Buffalo 810730 Escamas Espadrilles Femme Blanc Cassé Monrovia 01 37 EU Blanc Cassé (Monrovia 01) 37 EU fZsgaB3W
Signaler ce document

1 D’un chaos l’autre, le xx e siècle a littéralement dynamité les formes de représentation héritées du passé. Brutalement devenues inadéquates, mensongères ou indécentes devant des cataclysmes historiques qui les dépassent, elles ont laissé place à l’émergence massive, dans l’urgence, de ce que l’on peut appeler, faute de mieux, le genre du témoignage. Faute de mieux, car le concept générique reste fuyant devant la variété des formes qu’emprunte le témoignage – diversité des supports, dispositifs et types de discours, mais aussi des stratégies déployées par le témoin pour convaincre de sa bonne foi, partager une expérience et, souvent, transfigurer le document en un monument dédié aux victimes de l’événement. Le paradoxe semble en effet constitutif de la notion: si la volonté de témoigner se définit a priori par une relation d’immédiateté aux faits, dans une quête d’authenticité et de transparence, cette volonté ne doit pas moins composer avec l’inévitable opération de mise en forme que requiert, de manière plus ou moins délibérée, tout processus de communication pour toucher son but.

2 Ce paradoxe d’une «esthétique du témoignage» était au cœur des enjeux du colloque organisé sous ce titre par Carole Dornier à l’université de Caen. Bel exemple de travail collectif, cette rencontre essentiellement consacrée au xx siècle s’inscrivait dans un programme de recherches plus vaste, mis sur pied autour de la notion de témoignage par des universitaires de Caen, Poitiers et Toulouse 1 ; bien que dominé par une approche littéraire, le colloque associait des chercheurs venus de la linguistique, de l’histoire, de la sociologie, des études théâtrales et cinématographiques. Chacun, à sa façon, s’est confronté aux problèmes que la mise en forme du témoignage semble soulever: problèmes d’ordre et répertoriés par Marie-Louise Ollé (Toulouse) 2 .

3 Problème éthique, d’abord: dès lors qu’il s’empare d’une matière tragique ou grave, le témoignage paraît moralement incompatible avec l’idée de recherche esthétique, qui, par définition, suppose la création d’un objet destiné à séduire par sa beauté. Au nom de quoi, et comment s’autoriser à «récupérer» la douleur des autres, de ceux qui souvent sont morts, à des fins artistiques toujours suspectes de quémander une gloire personnelle? L’intervention de Carine Trévisan (Paris VII) a bien montré l’importance du problème en examinant le pudique «art de l’écoute» mis en œuvre par Henri Calet en 1945, pour recueillir dans Les Murs de Fresnes les graffitis laissés dans leurs geôles par les déportés. En analysant le regard porté par le girondin Louis-Sébastien Mercier sur les dérives de la Révolution française, Yolande Coste (Poitiers) a suggéré que le problème ne se posait peut-être pas alors de façon si aiguë: l’usage de procédés rhétoriques tirait encore sa légitimité d’une subordination de la nécessité de toucher à la volonté d’ instruire. En creux, cette excursion hors du xx e siècle désignait comme l’une de ses spécificités, née de la Première Guerre mondiale, le malaise moral suscité par l’esthétisation du témoignage. L’attention portée par plusieurs intervenants – et notamment par Renaud Dulong (EHESS) – à l’exigeante conception du témoignage développée par Jean-Norton Cru dans les années 1920 allait incontestablement dans ce sens. En effet, le sentiment de scandale proclamé par celui-ci stigmatisait en premier lieu les best-sellers de l’époque qui, au lieu de faire l’apologie du pacifisme, bâtissaient leur succès en métamorphosant la boue sanglante des tranchées en une vision héroïque de la guerre.

Des parties de ce contenu sont ©1998–2018 par différents contributeurs de mozilla.org. Contenu disponible sous une licence Creative Commons .